En public

MISE EN SCÈNE

La mer est ma nation

de Hala Moughanie

mercredi 23 septembre à 19h

Un homme et sa femme vivent dans un faubourg de bord de mer que les déchets ont envahi. Ils entendent dire un jour que des réfugiés, fuyant le pays voisin en guerre, arrivent en ville. Sans doute certains voudront-ils s’installer chez eux.

Que faire ? Installer une barrière ? Se réjouir de cette nouvelle compagnie ? Surgissent deux femmes, une mère et sa fille au parler étrange. Les territoires dès lors vont se redistribuer...


Dans le cadre de

En savoir plus...

MISE EN SCÈNE

JEANNE & LE ORANGE & LE DÉSORDRE

de Louise Emö
JEANNE & LE ORANGE & LE DÉSORDRE ©Alban Van Wassenhove

JEANNE & LE ORANGE & LE DÉSORDRE ©Alban Van Wassenhove

jeudi 24 septembre à 19h

“qu’est-ce qui se passe

quand même la langue

ne t’a pas prévue”

 

Est-on encore une mère quand il n’y a plus l’enfant, est-on encore une femme sion faillit en tant que mère, est-on encore quelqu’un sans mot pour se dire ?

Jeanne : une tentative de langue, de partage du monde déserté par la parole d’une femme en décalage, qui doit tout renommer avec joie et non sans peine. La parole est au centre, abrupte, en tension avec la technicité de l’élocution et de l’interprétation sur le fil, près de l’effondrement.


Dans le cadre de

En savoir plus...

LECTURE-PERFORMANCE

Grandes surfaces

de Baptiste Amann
Baptiste Amann © C.Raynaud de Lage

Baptiste Amann © C.Raynaud de Lage

vendredi 25 septembre à 19h

Quand Baptiste Amann a découvert L’école du micro d’argent du groupe IAM, c’était en l’écoutant au casque audio sur l’une de ces bornes d’écoute que l’on trouvait alors dans les centres commerciaux. C’était à Avignon, en avril 1997. Il avait 11 ans. Cette expérience globale fut pour lui un choc esthétique et sensible, considérable.

 


Dans le cadre de

En savoir plus...

MISE EN ESPACE

Charabia (toad movie)

de Sandrine Roche

samedi 26 septembre à 17h

Noémie vit dans un monde de crapauds mous, dont le charabia l'empêche de construire quoique ce soit de personnel. Elle se rebaptise Nemo - « c'est plus simple au niveau de l'articulation des syllabes » - prend le large, rencontre Georges, et tous deux s'échappent pour un toad movie à la recherche d'eux-mêmes.

 

Charabia est issu d’un travail mené tout au long d’une année, avec des collégiens du département de la Haute Garonne, dans le cadre du dispositif Parole en Je(u) organisé par la compagnie Nelson Dumont.


Dans le cadre de

En savoir plus...

MISE EN VOIX

Fanny

de Rebecca Deraspe

dimanche 27 septembre à 17h

Fanny vient tout juste d’avoir 55 ans et vit avec son conjoint Dorian une magnifique et inaltérable histoire d’amour. Le couple, qui habite dans une maison assez confortable, décide d’accueillir une locataire pour occuper une chambre inhabitée.

En ouvrant la porte à cette universitaire, étudiante en philosophie, ils seront confrontés à une jeunesse engagée, foncièrement différente d’eux. Et pour Fanny, cette rencontre déclenchera un désir absolu de redéfinir sa façon d’être au monde.

 


Dans le cadre de

En savoir plus...

Finir en beauté

de Mohamed El Khatib

Vendredi 19 juin à 20h30

50 min
COUPOLE
Tarif C (5€ - 3€ - entrée libre avec La Carte TO)

Texte et conception Mohamed El Khatib

Environnement visuel Fred Hocké

Environnement sonore Nicolas Jorio

À partir d’interviews, de courriels, de SMS, de documents administratifs et d’autres sources «réelles», Mohamed El Khatib (re-)construit seul en scène le récit d’un deuil, celui de la mort de la mère.

Une « fiction documentaire » autour de la question des écritures de l’intime, pour une exploration des modalités de dialogue à partir de la notion de « débris » : débris de tout ce qui restera de nous (« nous » étant ici une mère et un fils après un événement définitif comme la mort), débris de langue maternelle, débris de langue théâtrale, débris d’écriture…

NOTE D''INTENTION 

 Je développe un travail autour des écritures de l’intime et tente d’en explorer différents modes d’exposition anti-spectaculaires. Au cours de ma recherche, à l’origine intitulée Conversation, je devais interroger le passage de la langue maternelle (l’arabe) à la langue théâtrale, à partir d’entretiens réalisés avec ma mère.

Le 20 février 2012, son décès (suite à un cancer du foie) a bouleversé mes intentions.
Cet «accident» a court-circuité le travail théâtral jusqu’à faire se confondre vie et œuvre.

Intitulée Finir en beauté mais toujours centré sur la question des écritures de l’intime, la création qui découle de ce processus de recherche à L’L tente d’explorer les modalités de dialogue à partir de la notion de « débris » : débris d’une relation, d’une histoire, d’un paysage, de tout ce qui restera de nous (« nous » étant ici une mère et un fils après un événement définitif comme la mort) ; débris de langue maternelle, débris de langue théâtrale, débris d’écriture (à la fois comme contenu et comme principe d’organisation de l’acte d’écrire).

De même que je n’ai jamais pu dissocier mon écriture du plateau, je n’ai jamais pu éviter d’apporter le réel tant sur scène que dans mon travail d’auteur. Dans mon théâtre, le document est un atout, un outil, l’essence même de ce qui va faire écriture et représentations. C’est le cas avec Moi, Corinne Dadat, pièce où je fais participer réellement une femme de ménage rencontrée par hasard.
Ici, avec
Finir en beauté, cette logique est poussée à son paroxysme puisque le matériau principal tient à un événement à la fois exceptionnel et banal, en tous cas universel et totalement privé : celui de la mort de ma mère.

Dès lors, j’ai reconstruit une sorte de journal écrit – en partie sur des carnets – à partir du 20 février 2012,  jour de la mort de ma mère. A débuté alors un travail de mémoire, de deuil, qui s’attache à revisiter les lieux et le paysage après la bataille... Un travail en forme d’introspection mais surtout d’observation et de captation du réel afin de faire ressurgir des détails, des impressions, des souvenirs : il n’y a plus d’intermédiaires entre l’auteur, sa vie, son écriture et le spectateur. S’engage ainsi une conversation intime avec ma propre vie, mais aussi avec le médium théâtre lui-même : sans jamais avoir abordé jusqu’à présent frontalement l’autoportrait, ni m’être mis directement en scène, j’ai cette fois franchi le cap du plateau pour porter moi-même ce récit dans une dimension dès lors performative et singulière ; le temps d’une représentation, d’une communion pour partager avec un public cette parole fragile sur la question universelle du deuil. J’avais écrit dans mon premier texte, À l’abri de rien, que le monde se divise en deux parties égales, ceux qui ont perdu leur mère et ceux qui vont avoir mal de la perdre. Je partagerai cette expérience intime du deuil dont chacun pourra trouver un écho personnel.

 

Mohamed El Khatib

Production Zirlib
Coproduction Tandem Douai-Arras / Théâtre d’Arras ; montévidéo – créations contemporaines (Marseille) ; Théâtre de Vanves ; Centre Dramatique National Orléans/Loiret/Centre ; Scène nationale de Sète et du Bassin de Thau.
Avec l’aide à la production de l’Association Beaumarchais - SACD, le soutien à la création du Festival actOral, et le soutien du Fonds de dotation Porosus.

Finir en beauté a bénéficié de l’aide à la création du CnT.

Zirlib est un collectif porté par la Région Centre.
Mohamed El Khatib est accompagné par L’L - lieu de recherche et d’accompagnement pour la jeune création (Bruxelles).

Le texte est édité par L’L éditions 



Liens




© Colin Junius

© Colin Junius

© Mohamed El Khatib

© Mohamed El Khatib

Biographie

Mohamed El Khatib

© Fonds de dotation Porosus/Anthony ANCIAUX

© Fonds de dotation Porosus/Anthony ANCIAUX

Auteur et metteur en scène, 

Mohamed El Khatib n'a pas été l'assistant de Wajdi Mouawad.

Lire la suite...

Biographie

Nicolas Jorio

Nicolas Jorio © DR

Nicolas Jorio © DR

Nicolas Jorio est guitariste , il évolue dans de multiples formations à la croisée du rock expérimental et de l’électronique.

Lire la suite...

Biographie

Frédéric Hocké

Plasticien, il travaille l’image sous toutes ses formes : photographie, peinture, dessin, vidéo, animation, lumière, scénographie...

Lire la suite...

 

Les autres événements :

50 min
Vendredi 12 juin à 19h30
Tarif C (5€ - 3€ - entrée libre avec La Carte TO)
45 min
vendredi 12 juin à 20h30
Tarif C (5€ - 3€ - entrée libre avec La Carte TO)
25 min
Samedi 13 juin à 19h30
Tarif C (5€ - 3€ - entrée libre avec La Carte TO)
1h
Samedi 13 juin à 20h30
Tarif C (5€ - 3€ - entrée libre avec La Carte TO)
40 min
Mercredi 17 juin à 19h30
Tarif C (5€ - 3€ - entrée libre avec La Carte TO)
50 min
Mercredi 17 juin à 20h30
Tarif C (5€ - 3€ - entrée libre avec La Carte TO)
25 min
Jeudi 18 juin à 19h30
Tarif C (5€ - 3€ - entrée libre avec La Carte TO)
50 min
jeudi 18 juin à 20h30
Tarif C (5€ - 3€ - entrée libre avec La Carte TO)
45 min
Vendredi 19 juin à 19h30
Tarif C (5€ - 3€ - entrée libre avec La Carte TO)

Dans le cadre de