En public

HORS LES MURS

en mars tous à la MC93-Bobigny

du 5 au 29 mars 2020

Théâtre Ouvert va inaugurer une nouvelle page de son histoire en déménageant à la rentrée prochaine au 159 avenue Gambetta, dans le 20ème arrondissement de Paris. C’est dans ce nouvel écrin qu’il déploiera sa vocation toujours renouvelée de théâtre d’art et essai en prise avec son territoire et en résonnance avec les voix du monde. Dans l’intervalle, son équipe répond joyeusement à l’invitation de la MC93 de vous proposer un florilège de nouvelles écritures scéniques pendant tout le mois de mars.

En savoir plus...

SPECTACLE / CRÉATION

L’Araignée

de Charlotte Lagrange

jeudi 5, vendredi 6, samedi 7 mars

Peut-être que les araignées sont capables de faire semblant de mourir devant un danger imminent ?
Si seulement je pouvais faire ça de temps en temps me mettre en pause.


Dans le cadre de

En savoir plus...

SPECTACLE

S-E-U-L-E ?

d'’après "Seule" de Daniel Foucard
© Emmanuel Valette

© Emmanuel Valette

mercredi 11 et jeudi 12 mars

Une jeune femme se réveille seule sur une lande déserte. Elle a oublié son identité, ne sait pas où elle se trouve, ne se souvient de rien. Pour retrouver son chemin et son identité perdue, elle harangue, nous interpelle, imagine, reconstitue, attaque, fouille sa mémoire, échafaude des hypothèses, parle du monde, et parle de nous qui la regardons.

Seule en scène, la comédienne Sephora Pondi nous livre une variation contemporaine et féminine de la figure de Robinson Crusoë.


Dans le cadre de

En savoir plus...

SPECTACLE

Mont Vérité

de Pascal Rambert
Mont vérité © Jean-Louis Fernandez

Mont vérité © Jean-Louis Fernandez

Douze jeunes artistes issus de l’école du Théâtre National de Strasbourg, ainsi que l’équipe artistique et technique, s'engagent avec force dans ce banquet dionysiaque que Pascal Rambert a écrit pour eux. Un hymne à la jeunesse, à la liberté et à l'amour qui se joue, se danse et se chante au pied du Monte Verità.


Dans le cadre de

En savoir plus...

SPECTACLE / CRÉATION

Paradis

de Sonia Chiambretto
© Matthew Henry from Burst

© Matthew Henry from Burst

mardi 17 et mercredi 18 mars

Tout a commencé en bas de chez moi à Manosque. La ville accueillait le temps d’un week-end la crème des romanciers à succès. Des micros avaient été installés sur chaque place pour des lectures publiques, ou des entretiens. En marchant, je suis tombée sur un garçon syrien qui voulait prendre la parole. Il ne parlait ni français, ni anglais. Il voulait parler dans un micro. Il préparait sur son ordinateur ce qu’il voulait dire. Il arrivait de Syrie et c’était un moment de grand KO. Évidemment il n’a jamais eu le micro. Il ne comprenait pas pourquoi, et moi non plus.


Dans le cadre de

En savoir plus...

SPECTACLE

Love is in the Hair

de Laetitia Ajanohun
Love is in the Hair © Christophe Raynaud de Lage

Love is in the Hair © Christophe Raynaud de Lage

du 20 au 29 mars 2020

« Naturel et heureux », la devise du mouvement Nappy, se veut l'expression d'un refus des normes imposées de la beauté, cheveux lisses et peau blanche, qui laisse la place au libre choix de ceux qui revendiquent simplement leur identité : cheveux frisés et peau noire.


Dans le cadre de

En savoir plus...

MISE EN VOIX

Fanny

de Rebecca Deraspe

dimanche 22 mars à 16h

C’est une histoire banale, en apparence. Fanny vient tout juste d’avoir 55 ans. Elle vit avec son conjoint Dorian une magnifique et inaltérable histoire d’amour. Ils sont heureux. Véritablement heureux. Le couple, qui habite dans une maison assez confortable et un peu trop grande pour eux, décide d’accueillir une locataire pour occuper une chambre inhabitée. Ils ne le font pas pour l’argent, mais pour faire du mouvement dans leur vie un peu trop stable. Ils se sentent peut-être injustement heureux.  Ils voudraient être utiles.


Dans le cadre de

En savoir plus...

MISE EN VOIX

La mer est ma nation

de Hala Moughanie

jeudi 26 mars à 20h

Un homme et sa femme vivent dans une ville que les déchets ont envahie. Arrivent deux femmes, des étrangères fuyant un pays en guerre, que les habitants imaginent mettre à distance en improvisant une frontière incongrue. La rencontre entre les individus offre l’opportunité de penser le positionnement de chacun vis-à-vis de tous et de négocier alliances et désaccords afin de recomposer une société dont l’équilibre interne est singulier.


Dans le cadre de

En savoir plus...

MISE EN VOIX

Ça raconte Sarah

de Pauline Delabroy-Allard

vendredi 27 mars 20h

L’histoire d’une passion amoureuse, le récit à la première personne d’un amour fou et dévorant entre deux femmes.

Prix France culture Télérama


Dans le cadre de

En savoir plus...

Poèmes et chants

Poésie Pays

de Guy Régis Junior

samedi 28 mars 15h30

Dans une atmosphère chaleureuse et propice aux échanges avec le public, des auteurs partagent leur poésie en toute simplicité. Il s’agit de retrouver l’ambiance des soirées organisées fréquemment à Port-au-Prince où chacun vient transmettre les textes de ses auteurs préférés. Mais loin de

rester extérieurs, les spectateurs se joignent à cette fête de la langue pour donner à entendre leurs propres textes ou leurs poèmes préférés, dans un grand banquet de mots.


Dans le cadre de

En savoir plus...

Retour de Kigali

Une proposition d’Olivia Rosenthal et Dorcy Rugamba

vendredi 8 et samedi 9 avril à 20h, dimanche 10 avril à 16h

1h15
COUPOLE
Tarif C (5€ - 3€ - entrée libre avec La Carte TO)

TEXTES
de Mandali Léon Athanase, Désiré Bigirimana, Amélie Durand, Jean Delacroix Hakizimana, Aimée Ishimwe, Jean-Paul Kayumba, David Lopez, Louise Mutabazi, Natacha Muziramakenga, Élise Rida Musomandera, James Rwasa, Aimable Twiringiyimana, Cécile Umutoni, Élitza Gueorguieva, Olivia Rosenthal, Dorcy Rugamba 

 

AVEC
Mandali Léon Athanase, Amélie Durand, David Lopez, Louise Mutabazi, Natacha Muziramakenga, Olivia Rosenthal, 
Dorcy Rugumba

 

création vidéo Élitza Gueorguieva
création musicale Gaël Faye
accompagné de Samuel Kamanzi (guitare/voix)

La mémoire d’un événement de très grande ampleur (comme le fut le génocide des tutsis en 1994) n’est pas seulement affaire de chercheurs et d’historiens. Elle est aussi nourrie par les souvenirs personnels de ceux et celles qui sont nés juste avant 94 et ont vécu, à un âge où les souvenirs ne s’impriment pas encore, des événements qu’ils ne se rappellent pas tout à fait. Pour eux, écrire sur le génocide des tutsis au Rwanda, c’est transcrire des sensations presque oubliées, aller chercher des anecdotes de leur enfance, reprendre des récits rapportés par des proches, et surtout raconter les suites, la vie telle qu’elle se déroule vingt ans plus tard parce que cette vie-là, qu’ils le veuillent ou non, porte les traces de ce qui s’est passé. Et pour ceux qui viennent d’autres horizons et qui n’ont pas fait l’expérience directe du pire, écrire sur un pays lointain a exigé une attention vigilante, attention grâce à laquelle établir, par la fiction et en dépit des différences de culture, d’étranges correspondances entre des existences pourtant incomparables les unes avec les autres.
Voilà ce que tous ensemble, français, belges, bulgare et rwandais réunis, nous avons fait. Nous avons regardé des images, nous avons lu des textes, nous avons parlé, nous avons transcrit et traduit, nous avons écouté, nous avons raconté, nous avons inventé, nous avons filmé, nous avons écrit.

Olivia Rosenthal

..........................................

〔...〕 Peut-être nous faudrait-il renaître, re-débarquer encore une fois sur terre bleus et tout frais. Nous réapprendrions alors à marcher comme au premier jour. Nous pourrions alors redécouvrir le monde et sa poésie, nous jetterions un regard neuf sur les fleuves et les falaises sans imaginer un seul instant qu’on puisse y précipiter des enfants, nous verrions amusés la houe qui sarcle les champs ou la serpe qui taille les prés et ces outils bucoliques n’éveilleraient rien d’autre en nous sinon la saveur des fruits de la terre. Ce serait magnifique de revivre un été et le temps des premiers amours, nous irions parmi les hommes sans crainte car rien ne nous interdirait de les croire sur parole. Mais qui serait capable d’un tel oubli ? 

 

in Marembo, Dorcy Rugamba

 

............................................

 

Contexte : les ateliers de la post-mémoire au Rwanda

À l’origine des ateliers de la mémoire, il y a une première initiative au Cambodge. C’est au Centre Bophana, centre d’archives audiovisuelles créé par le cinéaste Rithy Panh, qu’ont eu lieu les premiers ateliers de la mémoire en 2008, 2009 et 2012. Mis en place par Soko Phay et Pierre Bayard, ces ateliers avaient pour objectif de permettre un travail de recherche, de réflexion et de création à partir des archives. De jeunes artistes cambodgiens, encadrés par les peintres artistes Vann Nath et Séra, ont ainsi créé des œuvres plastiques (peintures, sculptures, photographies…) en se réappropriant les archives. Pour ces jeunes artistes qui n’ont pas vécu le génocide, il ne s’agissait pas de remplacer les images et les objets disparus mais bien d’accomplir un travail de deuil et de questionner les images manquantes.

Le projet qui s’est mis en place au Rwanda s’inscrit dans le prolongement de cette première expérience cambodgienne. Accueillie au Centre Iriba de Kigali (dirigé par Assumpta Mugiraneza) et soutenue par l’Université Paris 8 (via le Labex Arts H2H et IDEFI CréatiC) cette deuxième mise en œuvre des ateliers de la mémoire est centrée sur la création d’œuvres textuelles orales et/ou écrites. Accompagnés et soutenus par Olivia Rosenthal et Dorcy Rugamba, un groupe d’artistes et/ou d’auteurs (4 français inscrits dans le master de création littéraire de Paris 8 et 12 rwandais choisis par le centre d’archives Iriba de Kigali et par le Rwanda Arts initiative, une association dirigée par Dorcy Rugamba et destinée à promouvoir les arts au Rwanda) a travaillé sur un corpus d’archives multimédia relatif à l’histoire du Rwanda. Cet atelier de la mémoire s’est déroulé en deux sessions du 17 février au 1er mars 2015 puis du 26 octobre au 7 novembre 2015. Le travail de restitution artistique se clôturera par un colloque international consacré à l’usage des archives dans les génocides, colloque qui aura lieu à Kigali en novembre 2016.

..........................................

TABLE-RONDE
à l'issue de la présentation du 10 avril

Intervenants Marcel Kabanda (historien, président d’Ibuka), Assumpta Mugiraneza (directrice du Centre Iriba), Olivia Rosenthal (auteur et maître de conférences à l’Université Paris 8), Dorcy Rugamba (auteur et metteur en scène)

Modérateurs Pierre Bayard et Soko Phay, professeurs à l’Université Paris 8

..........................................

 

Coproduction Centre Iriba de Kigali, CEC - Bruxelles, Université Paris 8, Théâtre Ouvert.

Partenaires du projet « Arts et postmémoire au Rwanda » l’Université Paris 8, le Labex Arts H2H, IDEFI CréatiC, le Centre Iriba pour le patrimoine multimédia, l’Institut Français (Fonds d’Alembert) l’Université Paris Ouest Nanterre la Défense, Rwanda Arts Initiative, l’Institut Universitaire de France (bourses de Pierre Bayard, de Lionel Ruffel et d’Annette Becker).

Responsables du projet « Arts et postmémoire au Rwanda » Pierre Bayard et Soko Phay
Parrain des ateliers  Gasana Ndoba
Organisation Soko Phay avec la collaboration d’Assumpta Mugiraneza
Direction artistique Olivia Rosenthal et Dorcy Rugamba
Photographies Ken Daimaru
Aide fournie à Kigali par Kenny Nkundwa et Samuel Muteba



Liens




Biographie

Olivia Rosenthal

Olivia Rosenthal © DR

Olivia Rosenthal © DR

Olivia Rosenthal a publié dix récits aux éditions Verticales dont On n’est pas là pour disparaître (Prix Wepler- Fondation La Poste 2007), Que font les rennes après Noël ?

Lire la suite...

Biographie

Gaël Faye

Gaël Faye est auteur compositeur interprète franco-rwandais. Autant influencé par la culture hip hop que les littératures créoles.

Lire la suite...

Biographie

Dorcy Rugamba

Auteur, Acteur et metteur en scène, Dorcy Rugamba est notamment l’auteur de Bloody Niggers , de Marembo, de Gamblers, de Market Place et co-auteur de Rwanda

Lire la suite...

Biographie

Elitza Gueorguieva

Elitza Gueorguieva © DR

Elitza Gueorguieva © DR

Elitza Gueorguieva est cinéaste, performeuse et auteure de textes. Née à Sofia, elle vit et travaille depuis quinze ans à Paris.

Lire la suite...